Affaire Baky-Tony : Bereven insiste

Le mercredi 10 septembre 2003 à 01h16 par Erwan

Affaire Baky-Tony : Bereven insiste

Le Club belge de Bereven ne lache rien et veut aller jusqu’au bout de la procédure
pour récupérer "ses" joueurs, Tony et Baky, de Lorient.
Jean-Marc Guillou est sûr de son bon droit dans cette histoire qui ressemble
plus à du trafic d’humains qu’à du football.

 

Dans
son dernier communiqué le club de Bereven annonce qu’ils ont rencontré
les dirigents Lorientais sans succès. Notez le silence du club de Lorient
à ce sujet qui affirmaient il y seulement quelques jours : "Il n’y
a pas d’affaire Baky". L’avenir nous dira si le FCL pratique la désinformation et langue de bois dans cette affaire complexe.


Retrouvez ensuite une revue de presse des articles parrus depuis le dernier
point sur cette affaire fait sur FCLorient.net. (Article
1
 ; Article
2
)

 

Baky pas encore à Beveren
kskbeveren.be - 9/2/2003 9:29:19 AM

Les
responsables du KSK, toujours à la recherche d’un attaquant,
ont été reçus dernièrement par leur
homologues Lorientais et aucun accord n’est en vue entre les deux
clubs concernant KONE Bakary le nouveau buteur des "merlus".

La direction du KSK Beveren entend
bien pourtant faire prévaloir l’accord que ce joueur a signé
avec Beveren en juin 2002, suite à la décision de
la FIFA du 21 août dernier qu’il lui est favorable dans son
litige contre l’ASEC d’Abidjan.

Trois éléments importants
sont à prendre en compte dans la revendication du KSK :
- la décision de la FIFA confirmant la validité de
l’engagement entre l’ASEC et Beveren (libération de quatre
joueurs chaque année).
- le fait que le joueur KONE ne pouvait pas être transféré
à Lorient en vertu de l’article 5 alinéa 2 et de la
circulaire 801 des règlements de la FIFA (donc qu’il est
actuellement irrégulièrement qualifié pour
le club français, ayant fait l’objet de transferts internationaux
en moins de douze mois).
- Enfin que le joueur ait clairement exprimé dernièrement
sa volonté d’honorer son contrat à Beveren plutôt
que de rester à l’ASEC.

Affaire à suivre de toute
façon…

kskbeveren.be

 

La Fédération belge va saisir la FIFA
Notre Voie - 9/2/2003 9:29:19 AM

La Fédération internationale
de football association (FIFA) a rendu, il y a quelques jours, sa
décision en appel dans le conflit qui oppose le club belge,
le KSK Beveren, à l’Asec Mimosas. Dans la décision
rendue en son point 4, la FIFA recommande au club Jaune et Noir
l’application de l’accord signé le 15 mai 2001
avec Beveren et qui stipule le départ chaque saison de 4
joueurs de l’Asec
en direction de la formation flamande. Ainsi, pour rendre effective
la décision de l’instance de régulation du football
internationale, la Fédération belge de football que
nous avons joint, hier, en début de matinée, au téléphone,
nous a fait part de sa volonté d’adresser à son
homologue ivoirienne, au plus tard mercredi prochain, une demande
des certificats de transfert au profit du KSK Beveren au nom des
joueurs de l’Asec concernés : Tony, Baky, Madinho et
Junior. Il est bon de rappeler que ces joueurs auraient dû
rejoindre Beveren depuis la saison 2001-2002 n’eût été
le refus du président du Conseil d’administration de
l’Asec, Me Roger Ouégnin, qui a opposé son refus
de voir appliquer l’accord signé par lui avec Beveren.
Toutefois, il faut préciser que le départ des quatre
joueurs à Beveren ne peut se faire qu’avec leur approbation
expresse et incontestable.
Joints à ce sujet, hier, au téléphone, les
responsables de Beveren nous ont confié qu’à
part un seul joueur, Junior,sur les quatre concernés, les
autres ont donné leur accord pour rejoindre leur club. Si
cette information en notre possession s’avérait juste,
cela va s’en dire que Tony qui vient de déposer ses
valises à Lorient va rejoindre Beveren dans les prochains
jours. Il en est de même pour Baky qui évolue également
à Lorient.


Martial Gohourou

 

Jean-Marc Guillou (président-délégué de Beveren) : La vérité est de notre côté
Notre Voie - 9/3/2003 11:08:06 AM

De
rebondissement en rebondissement, ce qu’il est désormais
convenu d’appeler l’affaire Académie Mimosifcom
connaît un dénouement, après l’appel de
la FIFA rendu en faveur du KSK Beveren semble-t-il. La partie adverse,
l’Asec Mimosas, soutient le contraire, mais se replie dans
un mutisme. Pour en savoir davantage, Notre Voie a joint par téléphone
M. Jean-Marc Guillou, le président-délégué
de Beveren, qui s’est prêté à ses questions
sur le sujet.

Notre Voie : Au sujet de l’appel
sur le conflit qui oppose Beveren à l’Asec dont la décision
a été rendue récemment par la FIFA, il se trouve
que chacune des parties en litige se déclare gagnante. Quelle
est votre part de vérité ?

Jean-Marc Guillou : Pour l’instant, nous nous contentons de
dire que nous sortons vainqueurs de la décision d’appel
rendue par la FIFA. Par ailleurs, nous affirmons que nous ne sommes
pas surpris de constater que nos adversaires sont incapables de
se conformer à cette vérité. Leur façon
de faire ne vise qu’un but, encore une fois le même,
gagner du temps. Mais plus le temps passe, plus l’on s’aperçoit
que la vérité est de notre côté.

Qu’est-ce
qui fonde votre conviction de succès face à cette
décision de justice ?

J.M.G. : Vous savez que toute décision de justice est sujette
à interprétation. Mais son interprétation démontre
clairement qui en est le gagnant. Dès lors, nous vous en
faisons l’interprétation qui donne la preuve que nous
sommes dans le vrai. La décision en appel de la FIFA comprend
quatre parties : deux concernant la forme du recours et la décision
de la commission de première instance (1 et 2)et deux concernant
le fond de l’affaire (3 et 4).

N.V. : Soyez plus explicite…
J.M.G. : Le premier point de ladite décision reconnaît
que notre appel est recevable. Car le mémoire de notre adversaire
soulevait le fait que pour des raisons toutes aussi tortueuses qu’obscures
et sur 9 pages, notre appel n’était pas recevable. Et
cela dans le but de trouver un vice de forme pour empêcher
que l’affaire soit jugée sur le fond. le second point
affirme que le jugement de la première instance qui avait
donné raison à l’Asec était conforme aux
règles de justice. Notre mémoire soutenait le contraire.
par ailleurs, le caractère confidentiel du résultat
avait été violé. Car notre adversaire connaissait
dès le soir même du jugement le résultat avant
même que celui-ci ne soit écrit et notifié aux
parties contre toutes les règles en vigueur devant cette
juridiction.

N.V. : Et qu’en est-il pour
le fond ?

J.M.G. : Pour le fond, les juges nous ont donné entièrement
raison. Vous vous en apercevez au point N°4 de la décision
rendue par la FIFA. L’instance internationale a reconnu valable
l’accord qui nous liait à l’Asec et a décidé
que Me Roger Ouégnin avait résilié le contrat
signé avec le KSK Beveren sans motif valable. Selon la FIFA,
cet accord est valable et donc applicable jusqu’à son
terme. Il en résulte que dès la saison 2002-2003,
l’Asec devait libérer quatre joueurs en faveur de Beveren.
Ce qu’elle n’a pas fait. Pour la saison 2003-2004, elle
doit impérativement libérer quatre nouveaux joueurs
en direction de Beveren, soit au total huit joueurs cette saison
choisis parmi ceux que nous avons formés à l’Académie
Mimosifcom.

N.V. : Qu’est-ce que la FIFA
a décidé pour les joueurs non libérés
par l’Asec au titre de la saison 2002-2003 ?

J.M.G. : Nous allons tenter d’obtenir néanmoins leur
certificat de transfert selon les indications de la FIFA qui nous
demande de démontrer que les joueurs concernés seraient
d’accord pour venir à Beveren. Pour cette raison, les
juges ont rejeté notre demande de certificat de transfert
provisoire pour les quatre joueurs que sont Baky, Tony, Madinho
et Junior retenus pour la saison 2002-2003 (Point n°3 du jugement).
Il ne nous reste donc qu’à formuler de nouvelles demandes
de certificat de transfert pour ces quatre joueurs et cette question
sera réglée dans les prochaines semaines.

N.V. : Quelles sont les conséquences
qui résultent de la décision de la FIFA dans le conflit
qui oppose Beveren à l’Asec ?

J.M.G. : Cette décision va permettre à huit nouveaux
joueurs de rejoindre Beveren cette saison comme nous l’avons
demandé. Ces joueurs pourraient commencer à arriver
à Bereven entre la semaine prochaine et fin décembre.
Par ailleurs, il faut relever que le fait que nous n’avons
pas eu ces joueurs au cours de la saison 2002-2003 a causé
de graves dommages sportifs et économiques à Beveren
à qui l’Asec va devoir une indemnisation


Entretien téléphonique réalisé par Martial Gohourou

 

Voici ce que la FIFA a décidé

La
fédération internationale de football association
(FIFA), depuis quelques jours, a rendu public sa décision
dans l’affaire qui oppose le KSK Beveren à l’Asec
mimosas. Au centre de ce conflit, le refus du président du
conseil d’administration du club jaune et noir, Me Roger Ouégnin,
d’appliquer un accord signé par lui le 15 mai 2001 avec
Beveren et qui stipule que l’Asec doit libérer quatre
joueurs issus de l’Académie mimosifcom au profit de la formation
flamande. Ainsi, au cours de la saison 2001-2002, les joueurs mimosas,
à savoir Koutouan Nantcho (Tony), Djiré Abdoulaye
(junior), Koné Bakari (Baky) et Dansoko Mamadou (Mandinho),
ont vu leur départ pour le KSK Beveren rencontrer une fin
de non recevoir de la part du premier responsable du club jaune
et noir, malgré l’existence d’un accord écrit
et paraphé par ce dernier. Le verdict de la FIFA qui vient
de tomber sur ce conflit Beveren-Asec est libellé en cinq
points.
Dans le premier point, l’instance de régulation du football
international juge recevable l’appel de Beveren parce que les
formalités de soumission dudit appel ont été
remplies et les points avancés par le défendeur (L’Asec)
au sujet de l’irrecevabilité de l’appel ne sont pas
justifiés. Il est bon de rappeler qu’à la naissance
de la crise qui oppose Beveren à l’Asec, le KSK Beveren
pour la défense de ses intérêts a saisi le tribunal
de première instance d’Abidjan où il a été
débouté. L’appel qu’il a interjeté
près la juridiction abidjanaise n’a pas connu meilleur
sort. N’ayant pas eu d’écho favorable au niveau
de la justice ivoirienne, les dirigeants de Beveren ont saisi la
FIFA qui, au mois de février dernier, a rendu un jugement
en faveur de l’Asec. Après cette première décision
rendue par la FIFA, le club belge a fait appel.
Le deuxième point de la décision de la FIFA relatif
aux points mis en avant par l’appelant (Beveren) au sujet des
fautes de procédure devant le tribunal de première
instance ne sont pas justifiés et donc rejetés ; il
est reproché à l’appelant de faire des déclarations
diffamatoires.
Concernant le point trois, la FIFA confirme la décision de
première instance qui a émis son refus d’autoriser
l’enregistrement provisoire des quatre joueurs choisis pour
leur départ à Beveren au titre de la saison 2002-2003.
Pour la simple raison que le départ des quatre joueurs pour
Beveren au cours de la saison 2001-2002 n’avait pas encore
eu lieu et que l’affaire de ce départ manqué
est au tribunal.
En point quatre, la FIFA a amendé la décision de première
instance qui stipule que les motifs ne sont pas suffisants pour
appliquer l’engagement signé le 15 mai 2001 entre Beveren
et l’Asec. Selon la FIFA, cet engagement est applicable, mais
seulement dans la mesure où il est conforme à ses
propres termes, au règlement concernant le statut et le transfert
des joueurs de la FIFA, et avec l’approbation expresse et incontestable
des joueurs concernés.
En cinquième point, il est indiqué que la décision
rendue par la FIFA peut faire l’objet d’un recours devant
le tribunal arbitral du sport (TAS) basé à Lausanne
en suisse dans les 20 jours suivant la notification de ladite décision.
A l’analyse de la décision rendue par la FIFA dans le
conflit Beveren-Asec, il faut retenir que la Fédération
internationale a jugé recevable l’appel de la formation
belge après le verdict rendu en faveur du club jaune et noir
par la commission du statut du joueur au mois de février
dernier. Par ailleurs, il est bon d’indiquer que la FIFA recommande
à l’Asec de céder Tony, Baky, Madinho et Junior
à Beveren.

 

Les différents points de la
décision de la FIFA

1-L’appel est recevable parce
que les formalités de soumission de l’appel ont été
remplies et les points avancés par le défendeur au
sujet de l’irrecevabilité de l’appel ne sont pas
justifiés.
2- Les points mis en avant par l’appelant au sujet des fautes
de procédure devant le tribunal de première instance
ne sont pas justifiés et donc rejetés ; il est reproché
à l’appelant de faire des déclarations diffamatoires.
3-La décision de première instance concernant son
refus d’autoriser l’enregistrement provisoire des quatre
joueurs choisis pour la saison 2002/2003 avec l’URBSFA est
confirmée.
4-La décision de première instance qui stipule que
les motifs ne sont pas suffisants pour appliquer l’engagement
signé entre les parties le 15 mai 2001 est amendé
 ; l’engagement signé le 15 mai 2001 est applicable,
mais seulement dans la mesure où il est conforme à
ses propres termes, au règlement concernant le statut et
le transfert des joueurs de la FIFA, et avec l’approbation
expresse et incontestable des joueurs concernés.
5- Cette décision peut faire l’objet d’un recours
devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) dans les 20 jours suivant
la notification de cette décision, en contactant directement
le tribunal par écrit et en suivant les directives du TAS,
dont vous trouverez un exemplaire en annexe.


[Contact : webmaster@fclorient.net] [Mentions légales et crédits] [Suivre la vie du site RSS 2.0]
fclorient.net - lorientais.net - lorientais.com © 2002-2017

Visiteurs connectés : 85