Un match (vraiment) nul

Le mercredi 23 avril 2003 à 15h53 par Equipe de rédaction

Un match (vraiment) nul

Censé retransmettre le match face à Nancy sur le chat, je n’ai pu prendre que quelques photos. Résume d’un déplacement quand même assez original…

 

Paris sera toujours
Paris
Quittant le boulot dans la banlieue parisienne vers 14h00, je me
dis que 4 heures seront suffisantes pour rallier Nancy.
Grossière erreur ! C’est mal connaître les joies de la
circulation parisienne… Je me tape 1h30 de bouchons, 90
minutes que je n avais pas prévues à l’agenda. En plus,
avec mes skis sur mon toit, j’ai une prise au vent d’enfer
et je peine à dépasser le 160 ! Pas grand-chose à signaler à
part quatre jeunes Luxembourgeois qui me doublent en Peugeot 206
en me faisant un signe particulier avec un de leur doigt : à
savoir si c’est ma plaque allemande ou mon gwenn a du qui
leur déclenchent cette réaction, je ne le sais pas… En
tout cas, ça ne fait pas plaisir.

Super accueil, mais…
Aidé de cette merveilleuse invention qu’est le GPS (les
satellites sont revenus d’Irak), je me faufile dans les rues
de Nancy et tombe sur le stade Marcel Picot : je gare ma voiture
en double file et demande à un Stewart ou je peux récupérer
mon invitation (oui, oui, c est l’ASNL qui régale). Voiture
garée, paré de mon pass « presse », il est déjà 19h20 à ma
montre… Je cours avec mon appareil photo à la tribune
visiteurs et je me retrouve face à 6 CRS accompagnés de 
trois personnes de la sécurité de Nancy. Je montre mon pass
mais je ne semble pas être digne de confiance… Après avoir
décliné mon identité, après avoir explique clairement
pourquoi j’ai besoin de l’appareil photo pour prendre
des photos (si, si, je l’ai fait car les CRS ne voulaient
pas me laisser entrer avec mon appareil), je suis finalement
autorisé à rentrer dans l’enceinte du stade afin de
prendre quelques clichés des 5 Merlu Ultras présents…
accompagné par un vigile il en va de soi : comme quoi, la
liberté de la presse… c est plus un mythe qu’autre
chose ;) Tiens, revenons un peu à ces courageux MU, ayant
parcourus 850 kilomètres afin de rejoindre Nancy : je les ai
observé pendant 90 minutes et ils ont été exemplaires ; ils
ont chanté, se sont démenés : Bravo ! En plus, après le
match, le responsable de la sécurité viendra me dire qu ils n’ont
posé aucun problème : comme quoi, c’est des gens
convenables ces MU…

Je retrouve enfin
la tribune Presse, mais à mon grand désarroi, aucune connexion
réseau ou téléphonique n’a été prévue. Je suis
vraiment ennuyé pour celles et ceux qui doivent m attendre sur
le chat #fcl. Hé bien…

…Vous n’avez
rien manqué.
Je ne vais pas vous résumer le match mais nous avons assisté
pendant 90 minutes à un festival de déchets techniques de parts
et d’autres. Les journalistes présents (les Vrais) sont
affligés. Je rencontre ainsi Olivier de Ouest France qui tente d’écrire
une dizaine de lignes à la mi-temps... Perso, je passe la
rencontre entière à prendre des photos plus ou moins réussies
des pantins qui s’agitent et qui brassent du vent sur le
terrain en contre bas.

En fin de match, j ai enfin un
scoop… Un officiel de Nancy vient me confier que la consigne
du coach à ses joueurs était de défendre : tiens, je crois qu’on
ne l’avait pas remarqué ! Le beau temps du début de match
a laissé place à un ciel orageux avec l’apparition d’un
vent glacial dans le stade. Au coup de sifflet final, seuls
Gauvin et Audart prennent la peine de saluer les supporters
lorientais présents...

Les coulisses de l’après match
Toutes les personnes présentes en tribune de presse sont
conviées en salle de presse pour des interviews. Les mines
joyeuses des nancéens contrastent avec la mine fermée de Yvon
Pouliquen. A tour de rôle, comme un balai bien réglé, les
journalistes ou pigistes de Europe1, RTL, France Info, Le
Télégramme, Ouest France… se succèdent au chevet de Yvon.

Je me permets une
question et lui demande si il a un message à faire passer aux
supporters : « J’y crois, donc il faut y croire »
me répond t il, mais vu le ton employé, il y a vraiment de quoi
douter. Seuls Audart et Kroupi se présentent dans cette salle de
presse. D’ailleurs, à une personne présente a la buvette,
que je n ai pas reconnu, Fabien lance cette phrase qui en dit
long « à dans 3 mois… » Vous interpréterez ces 4 mots
comme bon vous le semblera. Tiens, en passant, Patrice Loko m’a
pose un lapin ! Si lui aussi s’y met…

Un petit steak Tartare ?
La faim gagne toujours. Il est 22h30 et je pars avec Olivier de
Ouest France et Laurent du Télégramme en ville manger un
morceau. Je les suis en voiture à travers Nancy (ville très
belle) et nous nous garons dans le centre ville. Direction une
brasserie que Laurent connaît : super chicos, nous demandons le
menu « après 22h00 » que Olivier rebaptise le menu « après
match ». S’en suivent des discussions sur le match de la
soirée et des Merlus en général, nous ne voyons pas le temps
passer : il faut dire que ces deux professionnels connaissent
leur métier : sobres et pragmatiques dans leur réflexions, ils
analysent avec finesse et justesse le jeu des Merlus… Moi, j’écoute
et j’apprends.

Départ vers…
Grenoble ! Ben oui, les skis, c’était pas pour me la péter
 ! J’ai réussi à prendre trois jours de vacances et je
compte bien en profiter… Je pensais dormir a l’hôtel
sur Nancy mais l’appel de ma dulcinée dans les Monts
enneigés de l’Isère me font changer d’avis. Arrivé
à 07h00 du matin, je me pose une question : ils en sont ou de
leur retour les 5 MU ?

Je tiens à remercier
Christophe Le Gal (Responsable communication du FC Lorient) qui a
permis au fclorient.net d’être présents à Nancy. Bonne
journée à toutes et à tous.


[Contact : webmaster@fclorient.net] [Mentions légales et crédits] [Suivre la vie du site RSS 2.0]
fclorient.net - lorientais.net - lorientais.com © 2002-2017

Visiteurs connectés : 113